Le XVIII° siècle

Le XVIII° siècle

Saconay - Vue générale avant destruction de certains bâtiments au XIX°
Saconay – Vue générale avant destruction de certains bâtiments au XIX°

Le XVIII°, âge d’or de Saconay

Le 13 juillet 1695, Claude de Sarron vendit le château de Saconay à Pierre de La Roüe. A son tour, il le revendit le 13 octobre 1702 à Pierre Gayot de La Rejasse Ce dernier obtint de rouvrir au culte la chapelle du château qui probablement n’avait pas été utilisée depuis de nombreuses années.

A nouveau, par acte des 24 octobre et 5 novembre 1707, il fut vendu à Claude Guillet, marchand bourgeois de Lyon. Claude Guillet, nouveau seigneur de Saconay, devant le mauvais état dans lequel se trouvait le château, fit une demande de « sommaire prisée » de l’état des bâtiments qui fut effectuée le 7 août 1708. Ce précieux document qui nous renseigne très précisément sur l’état du château au début du XVIII° siècle, est conservé dans les archives du château. Claude fit faire d’importantes réparations.

Claude Guillet eut une fille Claire, qui épousa en 1708 un banquier lyonnais Barthélémy Dareste (1670-1738). Il lui donna le 21 janvier 1710 la terre et le château de Saconay. Les nouveaux propriétaires reprirent alors le nom de leur nouvelle possession et devinrent Dareste de Saconay.

Pendant la révolution, le château de Saconay fut pillé lors du passage de Claude Javogues  en 1795 mais échappa à l’incendie. Les biens des Dareste de Saconay furent mis sous séquestre et le château demeura 4 ans sous scellés. Le quatorze germinal an X, Claude Dareste de Saconay fut rayé de la liste des émigrés et recouvra la jouissance de ses biens.

Camille Jean Colombe Dareste de Saconay, mourut à l’âge de 18 ans le 4 septembre 1821 et la famille s’éteignit ainsi. C’est alors qu’une tante, Marguerite Victoire Dareste de Saconay sans enfant de son mariage avec le comte du Peloux de Praron adopta un neveu, Léon Jean Marie de Limoges auquel elle donna ses biens à Saconay à la condition qu’il relevât le nom de Dareste de Saconay. Lui-même et ses descendants devinrent ainsi de Limoges Dareste de Saconay.

Les transformations du XVIII°

Le XVIII° siècle apporte essentiellement des modifications intérieures dues à Camille Dareste de Saconay : distribution des pièces, boiseries, parquets, cheminée avec leur trumeau, fermeture et décoration avec des fresques polychromes de la galerie , déménagement de la chapelle au premier étage. Également quelques aménagements extérieurs, statues dans le parc, portail et grilles à l’entrée de la propriété, portail d’accès à la cour, communs … La façade Nord-Est fut aussi doublée par un nouveau mur permettant de créer à chaque niveau des lieux d’aisance.